Franz STIEGLER Charles BROWN chevaliers du ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Franz STIEGLER Charles BROWN chevaliers du ciel

Message  Pauke Pauke le Lun 3 Juin 2013 - 13:17

Voici l'histoire d'un pilote de la Luftwaffe dont les actes méritent de passer à la postérité.
Franz Stiegler est né le 21 août 1915. Son père avait été pilote au cours de la première guerre mondiale et son frère sera tué au sein de la Luftwaffe pendant la seconde guerre mondiale.



Avec le grade d'Oberfeldwebel, il vole au sein du IV/JG 27 en Egypte en 1942, aux côtés d'Hans-Joachim Marseille (158 victoires, Diamants) avant d'être transféré au 6./JG 27 en Méditerranée en 1943. Il sera blessé pendant la Campagne de Tunisie, le 15 mai 1943, alors que les troupes allemandes quittent définitivement le sol Nord Africain. Abattu par l'ennemi, il parvient à poser son appareil sur l'eau mais avant qu'il ne parviennees à l'évacuer une vague le retourne et il se retrouve entraîné vers le fond. Parvenu à se dégager, il se trouve à plus de 15 mètres de profondeur lorsqu'il actionne son gilet de sauvetage pour remonter à la surface. Il parvient alors à regagner son canot de sauvetage qu'il était parvenu à jeter à la mer avant que son appareil ne soit englouti par les flots. Il devra attendre deux jours avant d'être secouru. Pendant l'attente, un sous-marin britannique fait surface non loin de lui. Tenté de tirer une fusée de détresse pour être secouru, il se ravise préférant attendre les secours de son propre camps plutôt que d'être fait prisonnier.



Franz Stiegler avait déjà été impliqué quelque temps plus tôt dans un épisode impliquant un sous-marin. Amené à effectuer une mission d'évacuation de soldats blessés à bord d'un hydravion sanitaire, mission qui lui avait été confié suite à l'incapacité du pilote habituel à mener cette mission, il se lança dans la traversée de la Méditerranée. Bientôt, il fut rejoint par deux chasseurs Beaufighter de la RAF qui lui indiquèrent de se poser sur l'eau, ce qu'il fit. D'un coup, un sous-marin britannique fit surface et des officiers de Marine se redirent en canot jusqu'à l'hydravion pour s'assurer que celui-ci transportait bien des blessés, sous le contrôle attentif des Beaufighter survolant le secteur. Une fois la vérification faite, Franz Stiegler fut autorisé à redécoller.



Devenu officier, il est promu Staffelkapitän du 12./JG 27 le 13 janvier 1944, poste qu'il conserve jusqu'en août 1944.



Peu avant de prendre son commandement, le 23 décembre 1943, Franz Stigler se trouve impliqué dans un autre épisode inhabituel et à la fois significatif des paradoxes que peuvent comporter certaines rencontres aériennes.



Ce jour là le Sous-Lieutenant Charlie Brown, jeune pilote américain de 21 ans d'un B-17F effectue sa première mission de combat en tant que commandant de bord d'un équipage du 379th Bomber Group.



Sa cible est une usine de montage du Fw 190 à Bremen. Sans le savoir, les 12 hommes d'équipage s'apprêtent à vivre une histoire qui restera longtemps tenue secrète par l'un de ses acteurs principaux, le Leutnant Franz Stiegler.



Cela fait maintenant 10 minutes que le B-17F "Ye Olde Pub" est sur zone, à une altitude de 23 700 pieds, lorsqu'un obus de Flak bien ajusté fait éclater le plexiglas avant de l'appareil alors que la température extérieure est de 60° en dessous de zéro.



Deux moteurs sont endommagés et le bombardier n'a pas encore largué ses bombes à cet instant précis. Parvenu sur la cible, le 2Lt Brown ne parvient pas à rester avec le reste de la formation en raison des dommages subits, devenant de fait une cible isolée. Presque aussitôt, le bombardier blessé devient la cible d'attaques de la part de 12 à 15 chasseurs allemands qui tentent d'achever le bombardier. Ils s'acharnent pendant 10 minutes et touchent le moteur 3. Le système hydraulique, électrique et le réseau d'oxygène sont mis hors d'usage et les commandes de vol ne répondent plus que partiellement. Sur les 11 mitrailleuses défensives, seules 3 sont opérationnelles en raison du froid intense qui bloque les mécanismes d'armement. Le mitrailleur arrière a été tué et tous les autres membres d'équipage sont blessés ou dans l'incapacité de réagir en raison du froid qui s'engouffre partout. Le Lieutenant Brown a lui-même reçu un éclat dans le pied droit.
Très vite, Brown comprend que sa seule chance de survie consiste paradoxalement à attaquer. Ainsi, à chaque fois que les chasseurs allemands se lancent à l'attaque, il leur fait face afin de faire usage de ses seules armes disponibles. Bientôt, par manque d'oxygène, le pilote perd conscience. La dernière chose dont il se rappelle consiste à voir l'avion s'engager dans un tonneau et de voir le sol. Lorsqu'il reprend conscience, l'appareil ne se trouve plus qu'à 1000 pieds. Reprenant ses esprits, il amorce alors une lente remontée et prend le chemin du retour, les chasseurs ayant abandonné la poursuite, persuadé que le bombardier s'était écrasé. Avec 3 blessés graves à bord, Charlie Brown ne peut se résoudre à faire abandonner l'appareil par les hommes encore valides.



Alors qu'il ramène avec précaution son appareil vers l'Angleterre, il s'aperçoit tout d'un coup qu'il est escorté par un chasseur allemand Bf 109 qui vole sur sa droite. Le pilote allemand fait alors signe au bombardier de se poser en Allemagne mais le pilote américain est bien décidé à ramener son appareil en Angleterre. Suivant le bombardier lourd agonisant, le pilote allemand ne tente aucune attaque, volant très près. Après avoir escorté et dirigé l'avion américain vers la Mer du Nord, le pilote Allemand effectue une partie de la traversée aux côtés du B-17 avant de saluer le pilote et de reprendre le chemin de sa base, au plus grand étonnement du pilote américain. Finalement, le bombardier lourd parvient à regagner l'Angleterre et se pose sans encombre, sur une base de la côte qui abrite le 448th Bomber Group, une unité qui n'a pas encore fait son baptême du feu.



L'équipage est alors débriefé et pour une raison mystérieuse, le rapport de l'incident avec le Me 109 est classé secret. Le Lieutenant Brown reprend alors du service et après avoir achevé un tour d'opération finit par s'engager. Il sert au sein du service des investigations et dans différents états-majors jusqu'à sa retraite. Tout au long de sa vie, le souvenir de cette étrange rencontre qui aurait pu lui coûter la vie ainsi qu'à celle de ses hommes, continue à hanter sa mémoire.

En 1986, il débute des recherches pour tenter de retrouver le pilote allemand impliqué ce jour là. Finalement, en 1990, Franz Stiegler, qui vit alors au Canada, à seulement 350 kilomètre, répond à une annonce dans un journal indiquant qu'un ancien pilote américain effectue des recherches sur une étrange rencontre remontant à décembre 1943. Le recoupement des données permet de déterminer rapidement que c'est bien Franz Stiegler qui fut impliqué ce jour là. Avec l'émotion que l'on imagine, les deux hommes finiront par se rencontrer, 47 ans après les faits, sans que jamais Franz Stiegler n'ait évoqué auparavant cet épisode, permettant à Brown de mieux comprendre les raisons de sa survie et de permettre aux 25 personnes dont la survie était intimement liée à cet évènement de rencontrer celui qui les avait épargné.

Charles Brown
 


Franz Stiegler




Paradoxalement, les circonstances auraient du jouer en défaveur de Brown. En effet, Franz Stiegler qui avait abattu 2 bombardiers le matin même n'avait plus besoin que d'une victoire pour prétendre recevoir la Ritterkreuz. Par ailleurs, sa décision de ne pas achever le bombardier l'exposait à de très graves conséquences dans le cas où l'affaire se serait ébruité, avec sans aucun doute une condamnation à mort pour trahison. Alors qu'il s'attend à la riposte des mitrailleurs du bombardier tout en cherchant le meilleur angle d'attaque, il s'aperçoit que les mitrailleuses du bombardiers restent muettes. En s'approchant au plus près, il comprend rapidement la situation de l'équipage décimé. En voyant cet avion éventré, l'appareil le plus endommagé qu'il n'avait jamais vu encore voler et en voyant les blessés prisonniers de cette carcasse déchirée, Franz Stiegler ne peut finalement se résoudre à achever l'appareil. Pour lui, tirer sur le B-17 aurait eu la même signification que de tirer sur des parachutes. Franz Stiegler indiquera à son retour de mission que l'appareil américain s'est abîmé dans la Mer du Nord, évitant ainsi la court martiale. De son côté, Charlie Brown ne recevra aucune récompense particulière pour son acte dont l'héroïsme n'échappera pourtant à personne. En revanche, depuis que l'histoire a été publiée, de nombreuses associations de vétérans ont salué la chevalerie de Stiegler et l'exemplarité de cette rencontre.

La restructuration de la Luftwaffe qui intervient à l'été 44 avec le passage à 4 Staffeln par Gruppe et la renumérotation d'un grand nombre d'unité provoque le changement d'affectation de l'Oberleutnant Stiegler qui passe au JG 1 jusqu'en avril 1944. Le 1 octobre 1944, il est décoré de la Deutsches Kreuz in Gold. En février 1945, il rejoint le JV 44 et termine la guerre au sein de cette unité d'élite. Il revendiquera 2 appareils au sein de la JV 44 mais celles-ci ne seront pas confirmée en raison de la situation chaotique des dernières semaines du conflit, raison qui le priveront aussi de l'attribution d'une Ritterkreuz pourtant méritée.

A la fin de la guerre, Franz Stiegler totalise 28 victoires dont 11 bombardiers plus 30 victoires probables, obtenues en plus de 500 missions et après avoir été abattu lui-même 17 fois. Il sera même fait une fois prisonnier en Afrique du Nord mais parviendra à s'échapper rapidement. Franz Stiegler s'est finalement envolé pour un autre monde le 22 mars 2008, à l'âge de 93 ans.
Charles L. BROWN a écrit ses mémoires: "The 13 Minute Gap". Il rejoint dans des cieux apaisés son ami Franz, le 24 novembre 2008.


Dernière édition par Pauke Pauke le Mar 28 Juil 2015 - 22:41, édité 1 fois
avatar
Pauke Pauke
Général / General
Général / General

Messages : 1036
Date d'inscription : 21/05/2012
Age : 57
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz STIEGLER Charles BROWN chevaliers du ciel

Message  Fredlou le Mar 4 Juin 2013 - 1:54

Leur Histoire en vidéo:

Ici:

Et Ici:
avatar
Fredlou
Admin.
Admin.

Messages : 302
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 46
Localisation : LIEGE, Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz STIEGLER Charles BROWN chevaliers du ciel

Message  Major Harbart le Mar 4 Juin 2013 - 2:35

Belle contribution, merci !

_________________
Président de l'ASBL
Administrateur Forum.


T'inquiètes ! Si t'as mal, c'est que t'es toujours vivant !

avatar
Major Harbart
Admin.
Admin.

Messages : 1072
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 41
Localisation : Roly, Belgique

http://pilotesdeguerre.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Franz Stiegler

Message  Pips le Mar 4 Juin 2013 - 5:58

Superbe travail de la part de notre ami Pauke-Pauke.
J'avais entendu parler de cette histoire (à peine croyable) mais j'ignorais les antécédants de Franz.

Bravo, Pauke-Pauke.

Pips.
avatar
Pips
Colonel / Oberst
Colonel / Oberst

Messages : 231
Date d'inscription : 02/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz STIEGLER Charles BROWN chevaliers du ciel

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum